Natalini écrivait en 1971 : « …si le design est plutôt une incitation à consommer, alors nous devons rejeter le design ; si l’architecture sert plutôt à codifier le modèle bourgeois de société et de propriété, alors nous devons rejeter l’architecture ; si l’architecture et l’urbanisme sont plutôt la formalisation des divisions sociales injustes actuelles, alors nous devons rejeter l’urbanisation et ses villes… jusqu’à ce que tout acte de design ait pour but de rencontrer les besoins primordiaux. D’ici là, le design doit disparaître. Nous pouvons vivre sans architecture. »1.

Les inégalités ont atteint un niveau qui dépasse l’entendement : Oxfam l’a révélé en début d’année : 8 personnes détiennent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale.

Un système économique biaisé, construit pour profiter aux plus riches, est à l’origine des ces inégalités. Les grandes banques en sont un élément clé comme l’ont révélé des scandales récents tels que les Panama Papers. Pourtant, le monde des paradis fiscaux et des grandes banques reste entouré de mystère.

A travers une étude inédite, Oxfam met aujourd’hui en lumière le rôle toujours prépondérant tenu par les paradis fiscaux dans les activités des 20 plus grandes banques européennes parmi lesquelles, BNP Paribas, Deustch Bank, HSBC, Société Générale, Santander, Intessa, etc. Le constat est sans appel : 1 euro sur 4 de leurs bénéfices est enregistré dans un paradis fiscal, soit un total de 25 milliards d’euros pour la seule année 2015. Alors que ces banques déclarent 26% de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux mais seulement 7% de leurs employés, ces chiffres montrent un décalage entre les bénéfices déclarés dans les paradis fiscaux et le activités économiques réelles des banques dans des territoires offshore où elles sont faiblement voire pas du tout soumises à l’impôt.

 

  • Dans le monde, depuis 2015, les 1 % les plus riches détiennent autant de richesses que les 99 % restants

  • Source OXFAM

Le Manifeste d’économistes atterrés est un manifeste créé par un groupe d’économistes composé de Philippe Askenazy du CNRS ; Thomas Coutrot du conseil scientifique d’Attac ; André Orléan du CNRS et de l’EHESS, président de l’Association Française d’Économie Politique ; Henri Sterdyniak de l’OFCE ; qui, après la crise dite des subprimes, sont atterrés de voir que rien n’a changé dans les discours soutenant le libéralisme économique, ni dans les politiques économiques qui ont conduit à cette catastrophe[1].

« Nous étions très surpris après l’effondrement de Lehman de voir qu’on en était revenu deux ans après aux mêmes modèles qui avaient conduit le système au bord de l’effondrement. La sphère financière, sauvée par les États, imposait à nouveau des réformes structurelles, des ajustements brutaux aux populations. Toutes ces mesures ont été prises sans réflexion, sans mesurer les risques, sans remise en cause », dit Philippe Askenazy[1].

La publication du manifeste et son succès médiatique ont mené à la création d’une association, Les économistes atterrés.

En ce début d’année 2016, Oxfam révèle dans un nouveau rapport « Une économie au service des 1 % » que 62 personnes détiennent à elles seules autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Ce chiffre était de 388 il y a juste 5 ans… Les inégalités se creusent toujours davantage et de façon accélérée.

Je crois que, malgré l’adversité, je me sens stimulé de voir que l’on a affaire à deux vieilles barbaries. Celle que l’on connaît, l’ancienne – de la cruauté, de la haine, du mépris –, et la nouvelle – glacée – des calculateurs et des éconocrates. Nous devons résister aux barbaries, qu’elles s’appellent vichysme rampant ou néolibéralisme. Cette résistance me rend vivant. La force qui m’anime vient d’une certitude. Je sens présente en moi l’humanité dont je fais partie. Non seulement je suis une petite partie dans le tout, mais le tout est à l’intérieur de moi-même. C’est peut-être cela qui me donne l’énergie de continuer sur la voie qui est la mienne. Et à un moment donné, sans que vous ne sachiez pourquoi, c’est comme une catalyse, quelque chose se passe, se transforme, bascule… C’est cela, l’espoir.

Edgar Morin

http://www.terraeco.net/Edgar-Morin-Il-n-y-a-pas-de,56141.html

Derrière, quand les ressources physiques ou mentales manquent pour rebondir, c’est l’enlisement dans la « zone ». Là où le temps ne passe pas, il se boit.

http://www.salaudsdepauvres.be/

Commun ? Les révolutions qui nous attendent – – L’Hubservatoire, par Le hub agence.

« Les auteurs s’attachent donc à préciser les raisons pour lesquelles les crises que nous connaissons aujourd’hui, ne vont faire que s’accroître. Crise des ressources naturelles, crise du travail et plus largement crise du « vivre ensemble »… auraient pour origine les effets d’enclosure, c’est à dire l’exclusion du plus grand nombre d’individus des espaces communs et non dédiés, au profit de pouvoirs dominants. Le capitalisme, dont la fin est la « dépossession » dans l’accumulation, serait la forme absolue de ces systèmes. Produisant de lisolement, de la confrontation et de l’aliénation, cette construction économique et sociale est, selon les auteurs, soumise à un seuil d’exclusion que nous approchons dangereusement et qui annonce son effondrement. Le repli sur soi, la peur de ne plus exister dans le groupe consommant et l’enfermement ne sont que les symptômes – les derniers ? – d’un capitalisme finissant.  »

[…] Forts d’une analyse richement construite, Laval et Dardot tentent de montrer que les enclosures ont dépossédé chacun, moins d’un bien ou de son usage, que de la simple possibilité d’agir individuellement ou collectivement sur un environnement soutenable.