Dans l’antiquité grecque, dans un temps qui n’est pas encore tourné vers le progrès, le Kairos désigne le moment qui interromps le cours du temps qui chaque jour recommence. Cet évènement vient briser le quotidien c’est ce à quoi on ne s’attend pas. Pour tirer profit de cette occasion, il faut, comme Ulysse, faire preuve d’une intelligence rusée, que les grecs nommaient mètis. Le Monde – samedi 10 juin 2017

Les inégalités ont atteint un niveau qui dépasse l’entendement : Oxfam l’a révélé en début d’année : 8 personnes détiennent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale.

Un système économique biaisé, construit pour profiter aux plus riches, est à l’origine des ces inégalités. Les grandes banques en sont un élément clé comme l’ont révélé des scandales récents tels que les Panama Papers. Pourtant, le monde des paradis fiscaux et des grandes banques reste entouré de mystère.

A travers une étude inédite, Oxfam met aujourd’hui en lumière le rôle toujours prépondérant tenu par les paradis fiscaux dans les activités des 20 plus grandes banques européennes parmi lesquelles, BNP Paribas, Deustch Bank, HSBC, Société Générale, Santander, Intessa, etc. Le constat est sans appel : 1 euro sur 4 de leurs bénéfices est enregistré dans un paradis fiscal, soit un total de 25 milliards d’euros pour la seule année 2015. Alors que ces banques déclarent 26% de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux mais seulement 7% de leurs employés, ces chiffres montrent un décalage entre les bénéfices déclarés dans les paradis fiscaux et le activités économiques réelles des banques dans des territoires offshore où elles sont faiblement voire pas du tout soumises à l’impôt.

 

« Le monde est tellement ceinturé d’impossibles … Il faut de la patience et du taillant »

René Char – Braque

« La plénitude culturelle ne peut que rendre un peuple plus apte à contribuer au progrès général de l’humanité et à se rapprocher des autres peuples en connaissance de cause (9). »

Cheikh Anta Diop – Antériorité des civilisations nègres : mythe ou vérité historique ? Présence africaine, Paris 1967.

Le Manifeste d’économistes atterrés est un manifeste créé par un groupe d’économistes composé de Philippe Askenazy du CNRS ; Thomas Coutrot du conseil scientifique d’Attac ; André Orléan du CNRS et de l’EHESS, président de l’Association Française d’Économie Politique ; Henri Sterdyniak de l’OFCE ; qui, après la crise dite des subprimes, sont atterrés de voir que rien n’a changé dans les discours soutenant le libéralisme économique, ni dans les politiques économiques qui ont conduit à cette catastrophe[1].

« Nous étions très surpris après l’effondrement de Lehman de voir qu’on en était revenu deux ans après aux mêmes modèles qui avaient conduit le système au bord de l’effondrement. La sphère financière, sauvée par les États, imposait à nouveau des réformes structurelles, des ajustements brutaux aux populations. Toutes ces mesures ont été prises sans réflexion, sans mesurer les risques, sans remise en cause », dit Philippe Askenazy[1].

La publication du manifeste et son succès médiatique ont mené à la création d’une association, Les économistes atterrés.

« Éveillés, ils dorment. »

HÉRACLITE

En 2016, les 1% les plus riches possèderont plus que le reste de la population mondiale

La terre, être silencieux dont nous sommes l’une des expressions vivantes, recèle les valeurs permanentes faites de ce qui nous manque le plus : la cadence juste, la saveur des cycles et de la patience, l’espoir qui se renouvelle toujours car les puissances de vie sont infinies. Il nous faudra sans doute, pour changer jusqu’au tréfonds de nos consciences, laisser nos arrogances et apprendre avec simplicité les sentiments et les gestes qui nous relient aux évidences. Retrouver un peu du sentiment de ces êtres premiers pour qui la création, les créatures et la terre étaient avant tout sacrées…Pierre Rabhi

 

La fiction est indispensable pour survivre à la peste…Car nous ne pouvons vivre sans un idéal rêvé, celui qui nous meut depuis que nous sommes sortis des cavernes {du monde ?} , celui de pouvoir construire un monde meilleur…

Vargas Llosa