La notion de « biorégionalisme » est formulée au cours des années 1970 par Peter Berg (1937-2011), fondateur avec Judith Goldhaft de la Planet Drum Foundation à San Francisco en 1973, et de Raymond Dasmann (1919-2002), biologiste et instigateur du Programme Biosphère de l’Unesco. Pour eux, les êtres humains appartiennent au monde vivant qui conditionne une biorégion, avec sa géographie, son climat, son bassin hydrographique, ses temporalités, etc. Ce sont les habitants qui sont les mieux placés pour délimiter leur biorégion en tenant compte à la fois de la diversité biologique et des conditions environnementales. Aucune biorégion ne ressemble à une autre. Sa délimitation se reconfigure suite aux interactions entre ses éléments constitutifs. Nous pouvons dire qu’une biorégion résulte à la fois des écosystèmes entremêlés les uns aux autres et des imaginaires des habitants. En cela, la biorégion est le produit des « sciences naturelles » et de la culture des humains.

https://www.wildproject.org/l-art-d-habiter-la-terre.php

Chacun porte le secret du monde en lui et personne ne le connait.

Edgar Morin

Le vrai défi pour nous n’est plus d’aller toujours plus loin, mais, ici, maintenant, de réapprendre à habiter et à aimer notre monde et nos propres corps.

F. X. Bellamy Time to philo

« Le monde est tellement ceinturé d’impossibles … Il faut de la patience et du taillant »

René Char – Braque

il faut, tout d’abord , apprendre [aux élèves ] à voir ce que l’on voit, comme l’écrivait Peguy. Ce qui n’est pas anodin. D.un point de vue intellectuel, éthique, existentiel. À voir, donc, son quartier, les routes, les flux, les carrefours, les boutiques, l’agencement des voies, ses camarades, ses parents, soi-même, ses professeurs, les tics de langage des uns et des autres, les expressions du moment, les modes vestimentaires, les habitudes, les réflexes, les singularités, les permanences. […] il faut être capable d’entendre les harmoniques et la richesse de ce qui est à priori le plus plat, le plus univoque et dénué d’intérêt.

[…] On se fixe pour défit de transmettre [aux enfants ] les moyens d’avoir une appréhension personnelle, active et intriguée d’un monde dont plus personne ne peut vraiment prétendre aujourd’hui détenir les clés d’interprétation et d’appréhension. L’attention me semble ainsi un magnifique rempart contre la désolation, la frustration et l’incompréhension .

Lattention, rempart contre la désolation – réenchantement le monde. Mara Goyet .

Le monde -18 août 2016

« La poésie [ l’art] offre une nouvelle image et de nouveaux rapports entre les mots et les choses, les choses et l’humain. Elle œuvre à créer et recréer le monde ».

Adonis Violence et Islam – Entretiens avec Houria Abdelouahed

Voir aussi les frontières du réel et de la réalité.

Tout est toujours à remailler du monde

Tout est toujours à remailler du monde. Le paradis est épars, je le sais, C’est la tâche terrestre d’en reconnaître Les fleurs disséminées dans l’herbe pauvre,

Yves Bonnefoy, L’adieu, Ce qui fut sans lumière, Mercure de France, 1987

Yves Bonnefoy, L’adieu, Ce qui fut sans lumière, Mercure de France, 1987

Tout est toujours à remailler du monde

Tout est toujours à remailler du monde. Le paradis est épars, je le sais, C’est la tâche terrestre d’en reconnaître Les fleurs disséminées dans l’herbe pauvre,Yves Bonnefoy, L’adieu, Ce qui fut sans lumière, Mercure de France, 1987

Tout est toujours à remailler du monde

Tout est toujours à remailler du monde. Le paradis est épars, je le sais, C’est la tâche terrestre d’en reconnaître Les fleurs disséminées dans l’herbe pauvre,Yves Bonnefoy, L’adieu, Ce qui fut sans lumière, Mercure de France, 1987

« En nous l’homme de tous les temps. En nous tous les hommes. En nous l’animal, le végétal, le minéral. L’homme n’est pas seulement homme, il est univers ».

Aimé Césaire

[…] Chacun de nous n’est qu’une partie d’un homme complet : un être humain pleinement développé incluerait ce que nous désignons aujourd’hui comme africain, perse ou anglais. »

Peter Brook , Points de suspension

 


 

Le grand théâtre du monde tient sur une place de village, et les griots à l’instar du « grand Will » sont les maîtres des mystères.

—> Article sur Peter Brook – Le Monde « Lété en séries » Jeudi 6 août 2015 – Fabienne Darge

Numériser

Juste la lumière.

Le bonheur.

La lumière au bout de tous les tunnels, de toutes les misères.

La couleur comme richesse

Qui a capturé la couleur ?