le monde ne mourra pas par manque de merveilles mais par manque d’émerveillement

Anonyme

Pablo Picasso disait « Dans chaque enfant il y a un artiste, le problème est de savoir comment rester artiste en grandissant »

Motivating changes to our behaviour requires an expanded strategy. We need to communicate the fact of climate change to hearts as well as heads, to emotions as well as minds. #IceWatchLondon

« Despair is the state we fall into when our imagination fails. When we have no stories that describe the present and guide the future, hope evaporates. Political failure is, in essence, a failure of imagination. » – George Monbiot, Out of the Wreckage. @GeorgeMonbiot #COP24

Mais l’hypothèse fondamentale de la Superintelligence repose sur la possibilité de la Caractéristique, c’est-à-dire de la réduction du réel en une succession de symboles et de data. Or cette hypothèse leibnizienne ne va pas de soi. Dans La pensée et le mouvantBergson a critiqué fortement la tentation du symbolisme. Il faut selon lui « renverser le travail habituel de l’intelligence » pour lui permettre de saisir la vie elle-même, en renouant avec une intuition non mathématisable et en s’efforçant de saisir l’écoulement du temps. Loin de construire des chimères métaphysiques, Bergson dessine une intelligence ancrée dans les fonctions sensorielles. Les avancées scientifiques contemporaines ne le démentent pas : un neuroscientifique comme Antonio Damasio insiste aujourd’hui sur les liens profonds entre intelligence et émotion. Mais l’hypothèse fondamentale de la Superintelligence repose sur la possibilité de la Caractéristique, c’est-à-dire de la réduction du réel en une succession de symboles et de data. Or cette hypothèse leibnizienne ne va pas de soi. Dans La pensée et le mouvantBergson a critiqué fortement la tentation du symbolisme. Il faut selon lui « renverser le travail habituel de l’intelligence » pour lui permettre de saisir la vie elle-même, en renouant avec une intuition non mathématisable et en s’efforçant de saisir l’écoulement du temps. Loin de construire des chimères métaphysiques, Bergson dessine une intelligence ancrée dans les fonctions sensorielles. Les avancées scientifiques contemporaines ne le démentent pas : un neuroscientifique comme Antonio Damasio insiste aujourd’hui sur les liens profonds entre intelligence et émotion.